HISTORIQUE

 

Il était une fois…


Deux Madeleineux: un tirailleur algérien cibiste, Claude Vander Elst, et un pèlerin passionné du son, Jean-Marie Bautière, qui se préparaient à vivre le 600ème anniversaire de la marche de la Madeleine de Jumet-Heigne et qui se désolaient du peu de publicité faite par les médias pour annoncer cette événement.

C’était en 1980, l’époque des premières radios pirates.
Avec un troisième comparse, Gaston Brogneaux, nos marcheurs se lancent dans l’aventure des ondes et ainsi naquit J600.


J comme « Jumet » et 600 pour commémorer l’anniversaire que vous savez. 

Le 2 avril 1980, la première radio libre de la région de Charleroi, et la seule à ce moment, diffusait sa première émission. Heureux temps où avec une puissance de 20 watts et une antenne de « cb », J 600 était perçue jusqu'à Philippeville !

Nous n’existions que le jeudi de 20 à 22 h, mais dans tout Jumet et environs, ce fut une traînée de poudre ; chacun essayait de trouver sur son cadran de radio, le fameux « poste » où l’on pouvait entendre des voix connues donnant des nouvelles locales, des artistes de la région, une émission wallonne, une autre langue italienne et, bientôt, les premières interviews de « l’Etat Major » et des groupes de la Madeleine.

Enfin, le dimanche 20 juillet 1980, ce fut le premier reportage en direct sur la marche, avec, sans doute plus de bonne volonté que de réussite technique mais, enfin, on l’avait fait !

Après la Madeleine de 1980, J600 allait disparaître, mission accomplie. C’était du moins la première intention de ses fondateurs mais c’était sans compter avec l’extraordinaire engouement suscité auprès des auditeurs.

Des encouragements vinrent de toute part et, « vox populi », au lieu de disparaître, on vit J600 grandir, s’adjoindre d’autres animateurs, ouvrir d’autres heures d’émission, jusqu’au jour où, sans vergogne une autre radio s’installa sur notre longueur d’ondes, émettant à pleine puissance. J600 chercha une autre place sur le cadran. Ce fut le 100,2 Mhz, partagé avec deux autres radios locales disparues depuis.

Ce genre d’avatar devait se reproduire et, malgré qu’ils ne furent jamais menacés de saisie, ni d’autres tracasseries, un triste soir découragés, les pionniers de la radio Jumétoise annoncèrent qu’ils jetaient l’éponge.

Les appels téléphoniques furent innombrables, pour nous encourager à continuer et, dés le lendemain, un don généreux, la première "goutte d’eau", nous parvint : les Jumétois voulait que J600 vive.

Une A.S.B.L. fut créée le 28 avril 1982, un nouveau local fut trouvé au 14bis, rue Houtart, d’autres membres vinrent étoffer l’effectif.

Bientôt, J600, de par son caractère de radio culturelle et d’animation collective devait recevoir l’agréation de la communauté Française et de la R.T.T.

L’ASBL J600 se compose d’une cinquantaine de bénévoles, dont une trentaine d’animateurs. Certains sont partis, d’autres nous rejoignent mais J600 a su garder son caractère de radio libre proche de ce qui se passe dans ses quartiers, sa région, toujours au service des associations culturelles, philanthropiques, folkloriques.

En 1988, J600 a reçu, de l’Union Culturelle Wallonne, le Coq de Cristal, pour la qualité de ses émissions wallonnes et la promotion en faveur de notre culture dialectale. Les autres lauréats étaient la RTBF Charleroi, pour la télévision, et le journal" le Soir" pour la presse écrite.

Depuis 1990, le Général de la Marche de la Madeleine et son Etat Major, décernent à J600, la médaille de Mérite pour sa participation à la Marche.

Mais de quoi vit J600
Précisons tout de suite que nous ne recevons aucun subside, nous n’avons aucun sponsor, nous ne faisons aucune publicité commerciale et nos annonces pour les associations susdites sont gratuites. Alors ?

C’est bien simple : J600 ne vit que par la volonté et la générosité de ses auditeurs. Ils (vous ?) nous soutiennent par leurs dons, l’achat de "gadgets", autocollants, cartes, recueils, posters, pin’s, etc…, (voir la vitrine) et par leur participation à nos fêtes.

Comment expliquer l’intérêt que portent tellement de personnes à J600 ? Pour la variété et la qualité de ses émissions ?…. Pour le style qu’elle s’est choisi – pas de publicité, peu de dédicace ?

Peut-être mais, sans doute, aussi parce que J600 s’intéresse aux gens, aux associations qui l’entourent

Que de fêtes, d’activités, d’initiatives n’avons nous pas encouragés, suscitées voire organisées nous mêmes.

Nous ? Mais qui est ce "nous" ? Les animateurs ? Le comité ? Dans une certaine mesure assurément mais avec vous, auditeurs fidèles qui nous soutenez depuis tant d’années.

C’est donc pour vous et avec vous que J600 existe. Merci de nous écouter, merci de nous soutenir et à bientôt, sur le 106,1 Mhz ou notre site web pour nous écouter de n’importe où dans le monde.